Game Changer

Une stratégie infaillible
pour trouver (enfin) la nuance
de fond de teint parfaite

Etes-vous vraiment certaine de porter la nuance de fond de teint qui matche le mieux avec votre carnation ? Pour le vérifier, il suffit d’un test très simple : si vous devez appliquer le produit sur l’ensemble de votre visage avant d’obtenir un résultat uniforme, mauvaise nouvelle, c’est que vous utilisez une teinte mal adaptée. Car le but de l’opération n’est pas de masquer la peau mais de pouvoir poser la matière là où vous en avez besoin… et sans en avoir l’air. 

« Trouver la nuance parfaite reste l’étape la plus délicate et la plus importante quand on achète un fond de teint : s’il n’a pas un rendu invisible, quel intérêt ? » tranche Catherine Balagot, consultante accréditée Clinique qui travaille chez Bloomingdale à New York et a déjà trouvé la nuance idéale pour un nombre incalculable de clientes.
« Beaucoup de femmes sont frustrées par le fond de teint, mais quand elles finissent par trouver la bonne couleur, elles sont tellement soulagées qu’elles le portent ensuite en toute confiance », explique-t-elle. Mais une démonstration vaut mieux qu’un long discours : voici sa stratégie pour enfin « pécho » la nuance de votre vie.

Partir en mission à découvert. Cela peut paraître évident mais la quête du fond de teint parfait commence le visage nu. Car si vous portez déjà une teinte mal adaptée, vous allez probablement reproduire la même erreur, à moins de vous démaquiller avant d’essayer la nouvelle. Le but est de s’approcher au plus près de votre carnation naturelle, pas de correspondre à votre fond de teint actuel. Pour éviter de faire échouer l’opération
« fond de teint parfait », enclenchez le mode #nomakeup.

Ne pas se fier aux intitulés.
Vous connaissez l’expression qui dit :
« Il ne faut pas juger un livre à sa couverture » ? Elle s’applique aussi à la recherche de la bonne nuance.
« Les noms de teintes comme « beige » ou « ambré » ne désignent pas les mêmes tonalités selon les marques. Et même au sein d’une même marque, les intitulés ne sont pas les mêmes d’un type de fond de teint à un autre », prévient Catherine.
« Ils peuvent aider à se faire une idée dans un premier temps mais je recommande d’appeler un consultant à la rescousse : c’est un service gratuit, n’hésitez pas !
Et gardez également en tête qu’en fonction de la nature de la formule (liquide ou compacte par exemple), le même intitulé de nuance peut se révéler légèrement différent du fait de l’interaction entre les ingrédients ».

Apprivoiser les sous-tons.
Les couleurs qui affleurent sous la surface de la peau créent une vraie différence entre la nuance du fond de teint et la façon dont elle va apparaître une fois posée. Pour identifier votre sous-ton, examinez l’intérieur de votre poignet : si vos veines sont bleues, vous avez un sous-ton neutre, ce qui signifie que vous pouvez porter aussi bien des tonalités de fonds de teint chaudes que froides (veinarde !). Si vos veines tirent sur le violet, vous avez un sous-ton froid, qui donne à votre peau une teinte rosée. Si vos veines ont un aspect bleu-vert, vous avez un sous-ton chaud, et une peau à tendance dorée. Le plus important à retenir : vous devez trouver un fond de teint qui présente le même sous-ton que votre peau. Chez Clinique, c’est facile, la marque utilise les descriptions suivantes : N pour neutre (qui convient aussi bien aux sous-tons chauds que froids), P pour rosé (« Pink » en anglais, parfait pour les sous-tons froids) et G pour doré (« Golden » en anglais, idéal pour les sous-tons chauds).

Mettre 3 nuances à l’épreuve. La tentation est grande de se précipiter sur le flacon qui semble présenter la bonne nuance… mais stop ! Il est impératif d’essayer avant d’acheter. La meilleure technique pour viser juste consiste à sélectionner trois tonalités qui semblent correspondre à sa carnation, puis à les comparer en les appliquant côte à côte en fine ligne sur la joue, en laissant un peu de peau visible entre chaque nuance.
« L’une des erreurs les plus répandues est de choisir un fond de teint qui correspond uniquement avec son visage : il doit aussi parfaitement fusionner avec son cou » confie Catherine.

Désigner le vainqueur. Après avoir déterminé quel trait de fond de teint correspond le mieux, éliminez les deux autres et étirez le candidat victorieux sur une petite section de votre joue. A présent, prenez un disque de coton imprégné de démaquillant et passez-le au milieu de la zone maquillée. « C’est un peu comme tracer une ligne avec une gomme. Si vous pouvez toujours voir la différence entre la peau nue et le fond de teint, c’est que ce n’est pas la bonne couleur », prévient Catherine.

Lui faire prendre l’air. On ne vous apprendra rien en précisant qu’il faut toujours vérifier à quoi ressemble son fond de teint à la lumière du jour avant de s’engager plus loin avec lui. Mais en pleine séance de shopping, c’est souvent plus facile à dire qu’à faire.
« Chez Clinique, nous offrons des échantillons qui durent jusqu’à 10 jours. De cette façon, si une cliente hésite entre deux nuances et souhaite les tester, je peux lui proposer une semaine d’essai pour qu’elle porte la teinte pressentie au travail, en soirée ou pendant le week-end, histoire de valider que c’est vraiment la bonne », confie Catherine. 

Suivre le fil des saisons. Même si vous appliquez un écran solaire tous les jours, votre peau va forcément foncer pendant l’été et éclaircir l’hiver. Ce qui explique que votre nuance de fond de teint ne peut pas être la même toute l’année. Lorsque vous remarquez que votre teinte n’est plus tout à fait aussi juste, c’est qu’il est temps d’en changer. Une fois que vous avez identifié les nuances qui matchent le mieux avec votre peau version été et hiver, vous pouvez même mélanger les deux pour vous customiser une teinte sur-mesure, parfaite pour assurer la transition en automne et au printemps. Petit rappel : la durée de vie moyenne d’un fond de teint ouvert avant péremption est de 2 ans. 

Photos : Karen Collins | Article : Katie Livanos